Antigone
Examen régional n° 8

Texte:

ISMENE
Il est plus fort que nous, Antigone. Il est le roi. Et ils pensent tous comme lui dans la ville. Ils sont des milliers et des milliers autour de nous, grouillant dans toutes les rues de Thèbes.

ANTIGONE
Je ne t'écoute pas.

ISMENE
Ils nous hueront. Ils nous prendront avec leurs mille bras, leurs mille visages et leur unique regard. Ils nous cracheront à la figure. Et il faudra avancer dans leur haine sur la charrette avec leur odeur et leurs rires jusqu'au supplice. Et là, il y aura les gardes avec leurs têtes d'imbéciles, congestionnés sur leurs cols raides, leurs grosses mains lavées, leur regard de bœuf -qu'on sent qu'on pourra toujours crier, essayer de leur faire comprendre, qu'ils vont comme des nègres et qu'ils feront tout ce qu'on leur a dit scrupuleusement, sans savoir si c'est bien ou mal... Et souffrir ? Il faudra souffrir, sentir que la douleur monte, qu'elle est arrivée au point où l'on ne peut plus la supporter ; qu'il faudrait qu'elle s'arrête, mais qu'elle continue pourtant et monte encore, comme une voix aigue... Oh ! je ne peux pas, je ne peux pas...

ANTIGONE
Comme tu as bien tout pensé !

ISMENE
Toute la nuit. Pas toi ?

ANTIGONE
Si, bien sûr.

ISMENE
Moi, tu sais, je ne suis pas très courageuse.

ANTIGONE, doucement.
Moi non plus. Mais qu'est-ce que cela fait ?

Il y a un silence, Ismène demande soudain : ISMENE
Tu n'as donc pas envie de vivre, toi ?

ANTIGONE, murmure.
Pas envie de vivre... (Et plus doucement encore, si c'est possible.) Qui se levait la première, le matin, rien que pour sentir l'air froid sur sa peau nue ? Qui se couchait la dernière, seulement quand elle n'en pouvait plus de fatigue, pour vivre encore un peu plus la nuit ? Qui pleurait déjà toute petite, en pensant qu'il y avait tant de petites bêtes, tant de brins d'herbe dans le près et qu'on ne pouvait pas tous les prendre ?

ISMENE, a un élan soudain vers elle.
Ma petite sœur...

ANTIGONE, se redresse et crie.
Ah, non ! Laisse-moi! Ne me caresse pas ! Ne nous mettons pas à pleurnicher ensemble, maintenant. Tu as bien réfléchi, tu dis ? Tu penses que toute la ville hurlante contre toi, tu penses que la douleur et la peur de mourir c'est assez ?

ISMENE, baisse la tête.
Oui

ANTIGONE
Sers-toi de ces prétextes.

ISMENE, se jette contre elle.
Antigone ! Je t'en supplie! C'est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles. Toi, tu es une fille.

ANTIGONE, les dents serrées.
Une fille, oui. Ai-je assez pleuré d'être une fille !

ISMENE
Ton bonheur est là devant toi et tu n'as qu'à le prendre. Tu es fiancée, tu es jeune, tu es belle...

ANTIGONE, sourdement.
Non, je ne suis pas belle.

ISMENE
Pas belle comme nous, mais autrement.

Questions:

I. COMPRÉHENSION : (10 points)
1. Recopiez et complétez le tableau suivant : (1 pt)
Titre de l'œuvre Auteur Genre Siècle
Antigone Jean ANOUILH Tragédie moderne 20ème

2. En tenant compte de ce qui s’est passé avant ce passage, dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses : (1 pt)
a) Créon a essayé une dernière fois de convaincre Antigone Fausse.
b) Antigone a déjà enterré le corps de Polynice Vraie
c) La nourrice a surpris Antigone qui rentrait discrètement chez elle Vraie
d) Ismène sait déjà qu’Antigone a enterré le corps de Polynice Fausse.

3. De quoi Ismène cherche-t-elle à convaincre Antigone ? (1 pt)
Ismène cherche à convaincre Antigone de ne pas enterrer Polynice.

4. Relevez deux arguments utilisés par Ismène. (1 pt)
Il est plus fort que nous.
Il est le roi.
Ils pensent tous comme lui dans la ville.
Je ne suis pas courageuse.
( Attention ! relevez seulement deux arguments ! )

5. Comment trouvez-vous Antigone dans ce passage ?
a) Elle est ouverte au dialogue.
b) Elle est hésitante.
c) Elle est obstinée, plus décidée.
Recopiez la bonne réponse. Justifiez-la. (0,5 pt x 2)
Elle est obstinée, plus décidée.
Justification : « Je ne t'écoute pas. » « ANTIGONE, se redresse et crie. » « Sers-toi de ces prétextes. » « Ah, non ! Laisse-moi! Ne me caresse pas ! »

6. Relevez dans le texte quatre mots appartenant au champ lexical des sentiments. (1 pt)
Haine, douleur, souffrir, sentir

7. « ISMENE, se jette contre elle. » Qu’est-ce qui justifie l’emploie de cette didascalie ? (1 pt)
Ismène comprend que ses arguments n'ont pas pu convaincre Antigone.

8. « Il est plus fort que nous ». La figure de style employée dans cette phrase est-elle :
a) Une comparaison ?
b) Une métaphore ?
c) Une hyperbole ? (1 pt)
Une comparaison.

9. Antigone dit : « Je ne suis pas belle. » Pour vous, qu’est-ce qu’être beau (être belle) ? Justifiez votre réponse. (1 pt)
Etre beau, pour moi, est d'avoir de bonnes relations avec les autres et être toujours à leur aide, parce que la beauté est une valeur morale et non pas physique.

10. Pour Ismène, une fille ne meurt pas pour ses idées. Êtes-vous du même avis ? Justifiez votre réponse. (1 pt)
Je suis contre cet argument sexiste puisque la femme est l’égal de l’homme avec ses propres convictions.





  • Œuvres au programme
  • La Boite à Merveilles
  • Antigone
  • Le Dernier Jour d'un Condamné
  • Testez vos connaissances
  • La Boite à Merveilles
  • Antigone
  • Le Dernier Jour d'un Condamné
  • Compréhension par chapitres
  • La Boite à Merveilles
  • Antigone
  • Le Dernier Jour d'un Condamné
  • Langue
  • Leçons simplifiées
  • Application
  • Production écrite
  • Le texte argumentatif
  • Entraînement